Réponse au bouquet de fleurs

 

Intention

 

Un jour dans le gîte du Frachet d’Ansage,

Bien calés au fond de la vallée d’Omblèze,

Hommes et femmes se retrouvèrent pour un stage,

D’expression et de shiatsu pour être à l’aise.

 

Des cinq éléments et de couleurs ils parlèrent,

Tous motivés pleins de bonnes intentions,

Et les cinq jours doucement s’égrenèrent,

Sans inquiétude et sans tensions.

 

La terre était humide et douce au toucher,

La chaleur du Feu remplissait leur cœur de joie,

Malgré l’eau du « Rhin » circulant dans l’hiver froid,

Et le métal toujours prêt à les piquer,

Ne les mettait pas en colère dans leur chalet de bois.

 

Surplombés par une montagne hébergeant des rapaces,

Ils étaient tous protégés par Danielle et Toshi.

Et l’ouverture par enchantement se produisit,

Si bien qu’ils oublièrent le temps qui passe.

Gérard (l’Anniversairé) 31 juillet 2008

 

Chalet d’Ansage, 2 août 2008

 

Gérard a commencé,

Il a confirmé,

Nous ne pouvions que continuer

 

Voici quelques mots d’un grand monsieur

et quelques mots de nous

tous en guise de bouquet

et pour vous remercier.

 

Tout d’abord une prière de François Cheng :

 

Toi qui sais,

Parle-nous de lilas

Ou de magnolias.

Toi qui sais,

Apprends-nous à être

Pure couleur, pure senteur,

Rejoignant de cercle en cercle

Toutes couleurs, toutes senteurs

Dans l’abandon de la résonance.

 

Bleu outremer, bleu roi, bleu turquoise,

Bleu passé et même outrepassé

En nuages noirs et gouttes d’ardoise

Nos yeux les ont dégustés

Ces bleus de ciel, ces noirs d’orage.

Et nos corps, qu’ont-ils senti ce jeudi ?

Les bleus à l’âme ? le noir des marécages ?

Le gris-vert de la cascade ?

Les pierres vous le diront,

Pour cela nous reviendrons

Avec Danielle et Toshi.

Françoise

 

Toi qui sais,

Parle-nous de lilas

Ou de magnolias.

Toi qui sais,

Apprends-nous à être

Pure couleur, pure senteur,

Rejoignant de cercle en cercle

Toutes couleurs, toutes senteurs

Dans l’abandon de la résonance.

 

Ma terre est d’ocre et de feu,

Fine poussière chaude à mes pieds qui dansent,

Vibrants de vie, d’énergie retrouvée,

Des pointes d’or y brillent,

Appelant la pluie sur les magnolias.

 

Toi qui sais,

Parle-nous de lilas

Ou de magnolias.

Toi qui sais,

Apprends-nous à être

Pure couleur, pure senteur,

Rejoignant de cercle en cercle

Toutes couleurs, toutes senteurs

Dans l’abandon de la résonance.

 

Noir du ciel, eau d’étoiles,

Ecume bleue, rêve d’enfant,

Tel un navire, hisse sa voile

Aventurier des temps présents

 

Rythme des vagues, vents et tempêtes,

Iles, mirages, rêves et rencontres

Au fil du temps habillent sa quête

Et d’un sourire transforment le monde.

 

Toi qui sais,

Parle-nous de lilas

Ou de magnolias.

Toi qui sais,

Apprends-nous à être

Pure couleur, pure senteur,

Rejoignant de cercle en cercle

Toutes couleurs, toutes senteurs

Dans l’abandon de la résonance.

 

Toi qui perçois les mille nuances des éléments,

Qui les habites et t’en nourris,

Apprends-nous la douceur du feu,

la force de l’eau, La légèreté du métal,

les couleurs et les formes, l’harmonie,

pour que nous puissions continuer notre chemin,

pleins, conscients, heureux

Francis

 

Toi qui sais,

Parle-nous de lilas

Ou de magnolias.

Toi qui sais,

Apprends-nous à être

Pure couleur, pure senteur,

Rejoignant de cercle en cercle

Toutes couleurs, toutes senteurs

Dans l’abandon de la résonance.

 

Résonance de la vie…, renaissance….

Vibration d’une graine, petit germe poussant la terre,

Détermination d’une liane cherchant la lumière,

La sagesse d’un fromager accueillant

La nuit des temps dans ses racines…

Et puis la résonance d’une forêt

Quand le vent fait chanter et danser

Les arbres ensemble

 

Toi qui sais,

Parle-nous de lilas

Ou de magnolias.

Toi qui sais,

Apprends-nous à être

Pure couleur, pure senteur,

Rejoignant de cercle en cercle

Toutes couleurs, toutes senteurs

Dans l’abandon de la résonance.

 

Rouge passion,

Tu as su tempérer le feu de nos brasiers.

Vert tendresse,

Tu as su sauver l’arbre de la hache,

Ocre sauvage,

Tu as su sauver la terre de la tempête,

Noir profondeur,

Tu as su glacer nos abysses,

Blanc pur,

Tu as su mettre de la lumière à nos chemins.

Diane

Dernier message avant l’autoroute

Gérard

 

Le Tao est un chemin sans chemin

Que l’on chemine pour connaître.

 

J’ai cheminé, je vous ai connus,

Je vous ai connus, vous m’avez fait cheminer,

Dis-moi chemin, où vas-tu ?

La réponse est indéterminée.

CQFD

 

 

Tu me fais toucher le ciel avec le doigt.